Akata

Double je, tome 1 – Reiko Momochi

Titre VO : Inochi
Édition : Akata
Genre : Shojo, Drame
Volume : 5 (terminé)
Prix : 6.95€

Synopsis

Nobara et Kotori sont des sœurs jumelles que tout oppose. La première est plutôt espiègle, la seconde une fille sage. Mais deux terribles drames vont venir bouleverser leurs vies… Surtout de l’une d’entre elle ! Comment faire face à la mort d’un être cher ? Au manque d’amour ? A l’injustice et à la culpabilité ? Faut-il renoncer à son propre bonheur pour se construire un avenir dans une société trop cruelle ? La route sera longue, torturée et tumultueuse, mais au bout du chemin demeure un espoir : celui du pardon… et surtout d’une vie meilleure.

Avis

Je continue ma découverte des éditions Akata avec cette série prometteuse qu’est Double je.

Nobora et Kotori sont des jumelles qui ont perdu leur père très jeunes lors de vacances au bord de l’eau. Leur mère aura beaucoup de difficulté à faire son deuil et aura même des propos accusateurs envers Nobora. C’est en la sauvant de la noyade que leur père périra.
Des années plus tard, Nobora vit chez leur grand-mère alors que Kotori est restée au côté de leur mère. Malgré sa culpabilité, Nobara échange régulièrement son identité avec Kotori pour pouvoir profiter de leur mère jusqu’au drame…

Ce premier tome vous met tout de suite dans l’ambiance. Dès les premières pages, les jumelles accusent un premier décès qui scindera la famille. Je suis restée perplexe quant au choix de Nobora de partir au vu de son âge au début du tome et de la « facilité » avec laquelle la mère la laisse. Même des années après, Nobora ne voit pas sa mère, hormis lors des échanges d’identité. D’une certaine, Kotori se retrouve entre deux feux, bien qu’on ne voit pas de guerre ouverte entre leur mère et Nobora.
Reiko Momochi installe une atmosphère lourde et sombre, entre deuil, culpabilité et rancœur.
J’étais assez déroutée par le style du manga, très shojo certes, de grands yeux, des émotions exacerbés, mais qui détonne par rapport au côté dramatique.

Kotori et Nobora ont des caractères aussi différents, qu’elles sont semblables physiquement. Nobora est plutôt rebelle, indépendante, mais dévorée par la culpabilité. Kotori est plus posée. Elle est compatissante et généreuse, dévouée à sa mère et à sa sœur.
Comme je le disais plus haut, le comportement de leur mère m’a surpris. C’était une femme très amoureuse de son mari qui se retrouve veuve assez jeune et qui accuse ouvertement sa jeune fille de sa mort. C’est très dur, sachant que les jumelles sont elles-mêmes en deuil, qui plus est, Nobara se sent affreusement coupable. De plus, elle n’a aucun problème à laisser Nobora vivre chez sa grand-mère sans la voir, ni lui parler pendant des années. Elle m’a mis assez mal à l’aise, mais je crois que ça permet de s’attacher encore plus à Nobora.

Double je m’a emballé avec ce premier tome émouvant. Reiko Momochi laisse une place à un peu d’humour dans son univers tragique. On referme le manga avec le cœur serré en espérant un brin de lumière pour la suite.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Double je, tome 1 – Reiko Momochi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s