Hugo roman·New romance

Slow burn, tome 3 : Enfin réunis? – Maya Banks

Titre VO : Slow Burn, book 3 : Safe at last
Édition : Hugo roman, collection New romance
Genre : Romance
Pagination : 278
Prix : 17€

Quatrième de couverture

Zach est depuis peu employé chez les frères Devereaux. Il passe par hasard devant un tableau représentant un lieu qu’il n’a jamais oublié, leur endroit secret. Ce ne peut pas être une coïncidence ! Gracie, son amour de jeunesse, est certainement vivante, quelque part… Il n’aura de cesse de chercher cette jeune fille un peu étrange qu’il a tant aimée et qui a disparu du jour au lendemain. Malheureusement, il retrouve une jeune femme blessée, persuadée qu’il l’a abandonnée pendant toutes ces années. Et pire, ses ennemis découvrent qu’elle est son talon d’Achille et se servent d’elle pour atteindre Zach. Parviendra-t-il à la sauver des griffes de ceux qui lui veulent du mal et à regagnersa confiance et son amour ?

Avis

Le deuxième tome de la série Slow burn m’avait un peu plus plu que le premier, mais sans grande conviction. Comme le troisième tome, – et à priori le dernier en France alors qu’il y en a deux ou trois autres en version originale – était dans ma PAL, il fallait bien que je le sorte et si je l’ai peut-être plus apprécié, il reste moyen à mes yeux.

On rencontre Zach dans le deuxième tome au côté de Beau, son employeur et ami. Lors d’une mission dans une galerie d’art, Zach découvre un tableau représentant un lieu de son passé où il allait avec son premier et dernier amour Gracie. Cette dernière a disparu il y a douze ans et Zach ne s’en est jamais remis.

Tout d’abord les questions que vous vous posiez sur les parents des Devereaux n’auront aucune réponse ici. Les ennemies qui s’en sont pris à Arial et n’avaient pas été totalement arrêtés, feront une brève apparition, histoire de mettre un peu de fantastique et d’actions dans l’histoire.
Prenons le roman pour ce qu’il est, une romance. Pour le coup, en faisant simple, Maya Banks m’a aidée à apprécier un peu plus ma lecture, même si elle ne restera pas dans les annales.

Plus jeune Zach était promu à une grande carrière de footballeur jusqu’à ce qu’il rencontre Gracie. De quatre ans son ainé, il souhaitait prendre son temps avec le jeune fille, mais avait planifié sa vie au millimètre près. Par conséquent, lorsque Gracie disparait sans raison, Zach reste dans l’incompréhension, la femme qu’il a toujours aimé, malgré les mots durs de son père, les difficultés familiales de Gracie, Zach était prêt à tout pour la rendre heureuse.
Douze ans plus tard, on découvre un homme toujours hanté par son passé. Il n’a jamais abandonné l’espoir de retrouver Gracie et par le plus grand des hasards, il la retrouve dans une galerie d’art.

En revanche Gracie n’est pas du tout heureuse de le retrouver. On comprends assez vite que la jeune femme a fait tout ce qu’elle pouvait pour qu’il ne la retrouve pas. Elle commençait même à tourner la page, enfin c’est ce qu’il croyait. Pourtant elle ne comprends pas pourquoi Zach paraît ignorant du pourquoi de sa disparition, pourquoi il continue à la poursuivre.
Gracie apparaît comme une jeune femme meurtrie par une famille alcoolique et violente. Adolescente, elle avait trouvé une encre à laquelle se rattacher en Zach. Adulte, on découvre une femme apeurée, proche de la folie quand Zach la retrouve sans vraiment comprendre pourquoi.

Maya Banks déroule son scénario petit à petit en jouant au jeu du chat et de la souris avec Zach et Gracie. En parallèle s’entremêle la société que les Devereaux ont combattu dans le second tome, elle s’attaque à Gracie, à priori pour toucher l’entreprise des deux frères. J’avoue que j’ai trouvé l’idée un peu décousu, à croire qu’il fallait trouver un moyen de relier les tomes entre eux. De plus au vu du dénouement, il était presque inutile de leur faire jouer un rôle, si ce n’est pour montrer les super pouvoirs de Ramie, Arial et Gracie. Cette dernière à la capacité de lire dans les pensées. Et puis pour boucler le tout rien ne vaut une petite scène de sexe qui n’apporte rien à l’histoire.

On ne va pas se mentir cette série a été une déception pour moi. Pourtant j’y ai cru, à chaque tome je me suis dit celui-là ça ira. Alors si mon appréciation a quelque peu augmenté au fil des romans. Finalement, pour moi, la série n’a pas grand intérêt sauf si vous voulez de la romance et du thriller facile avec un brin de fantastique. C’est comme un plat mal assaisonné, on sent que le cuisinier a essayé d’y mettre du goût, mais le plat reste fade.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Slow burn, tome 3 : Enfin réunis? – Maya Banks »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s