Fleuve éditions·Fleuve noir

Pour l’éternité – Peter James

Titre VO : Want you dead
Édition : Fleuve, collection Fleuve noir
Pagination : 474
Prix : 19.90€

Quatrième de couverture

« Jeune femme célibataire, 29 ans, rousse incendiaire, vie sentimentale réduite en cendres. Cherche partenaire pour rallumer sa flamme. »
Voilà deux ans que Red Westwood a posté cette annonce sur un site de rencontre. Et un miracle s’est produit. Du moins le croyait-elle. Bryce Laurent était beau, riche, la comblait de cadeaux, leur passion était plus forte que tout ce qu’elle avait connu. Jusqu’à ce qu’il devienne jaloux. Obsessionnel. Violent. Seule la police parvient à la sortir de cette histoire devenue un cauchemar, et Red commence à peine à se reconstruire. Quand son nouveau petit ami, le docteur Karl Murphy, se volatilise, Red pense avoir eu affaire à un salaud, un de plus. Mais bientôt le corps du docteur est retrouvé calciné, une lettre d’adieu posée sur le siège de sa voiture. Dépêché sur les lieux, l’inspecteur Roy Grace ne croit pas à la thèse du suicide. Et Red Westwood non plus. Ces derniers temps, la jeune femme se sent observée, cernée, traquée. Aux manettes derrière ses écrans de contrôle, Bryce a prévu un dernier embrasement pour sa belle rousse. Et ils resteront ensemble, qu’elle le veuille ou non. Pour l’éternité.

Avis

Pour l’éternité à la couverture et au résumé alléchant promettait un thriller passionnant. Malheureusement, je suis ressortie un peu déçue de ma lecture…

Red Westwood est une ancienne femme maltraitée. Son ex-petit-ami, Bryce Laurent, un homme beau et charismatique, s’est révélé être un manipulateur narcissique et violent. Aidée par la police et une association, Red essaie de reprendre une vie normale avec son nouveau petit ami, Karl Murphy, veuf et père de deux enfants.
Le bonheur est de courte durée quand on retrouve le corps de Karl calciné au fond d’un fossé, un suicide paraît-il, ce n’est pas de l’avis de l’inspecteur Roy Grace.

Pour la petite information, Pour l’éternité est le dixième livre paru en français de Peter James ayant pour personnage principal, Roy Grace. Autant vous dire tout de suite que ce n’est pas du tout gênant, comme dans la plupart des thrillers. Il y a un fil rouge qui apparaît sur la vie personnelle de Roy, mais n’empêche en rien la compréhension du récit. J’avoue même que je me suis plus intéressée à la petite histoire parallèle bien que courte.

Pour en revenir à l’histoire principale, on suit donc l’enquête de Roy sur le meurtre de Karl. Déguisé en suicide, dès la rencontre avec Red tout devient plutôt clair pour la police de Brighton, surtout que plusieurs incendies ont eu lieu dans des endroits connus et aimés de Red.
Si nous sommes en présence d’un bon psychopathe, voyeur et mortellement fou de Red. Celle-ci ne tient pas la comparaison. Je n’ai pas toujours compris ses choix, malgré la peur qui l’habite vis à vis de Bryce. De plus, elle rabâche souvent la même histoire sans se poser réellement de question, s’apitoyant sur son sort, se sentant coupable. Je l’ai trouvé molle sauf vers la fin, mais là encore son comportement était plutôt incohérent pour moi.
Je me suis beaucoup plus attachée à la brigade qui s’occupe de l’enquête. Roy est un personnage bien campé qui prend à cœur son travail, mais est aussi tiraillé par son mariage qui approche et sa nouvelle femme qui partage maintenant sa vie.

L’auteur alterne les points de vue dans de court chapitre. Un style qui me tient à cœur, il donne du rythme et permet de s’attacher à tous les personnages, quand c’est possible. Ce fonctionnement permet de voir à quel point Bryce est timbré et de garder un certain suspens sur ce qu’il prépare. Ce rythme m’a permis de m’attacher à des personnages secondaires qui relancent la motivation des enquêteurs.
Malgré tout, cette alternance ne fait que montrer une intrigue plutôt décousue, l’enquête avançant en accordéon, faisant des bonds sans réelle logique.

Pour l’éternité avait tous les ingrédients du bon thriller, il aurait pu être bien rythmé si on n’avait pas tournée autour du pot pendant une bonne partie du roman. La fin passe en un claquement de doigt, mais à satisfait mon petit côté sadique. De plus, je n’ai pas réussi à m’identifier à Red et ses choix alors que sa situation paraissait crédible. Roy Grace relève un peu le tout par sa personnalité attachante et travaillée.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Pour l’éternité – Peter James »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s