Mnémos

Belle – Robin McKinley

Titre VO : Beauty
Édition : Mnémos
Genre : Conte
Pagination : 237
Prix : 17.30€

Quatrième de couverture 

Belle était loin d’être aussi jolie que ses sœurs. A quoi bon ? Aux soirées mondaines, aux robes somptueuses, elle préférait les chevaux et les auteurs anciens. Quand son père se trouva ruiné, elle en fut réduite à aller avec sa famille habiter une pauvre maison, dans un village au fond des bois. Tous auraient pu vivre ainsi, heureux d’une existence loin du luxe et des lumières de la ville, mais le destin s’acharna une fois encore sur eux. Quand son père revint au foyer avec l’histoire d’un château magique et de la terrible promesse qu’il avait dû faire à la Bête qui y vivait, Belle partit de son plein gré affronter le monstre et sa question sans cesse répétée : « Belle, voulez-vous… ? » Ceci est son histoire… une histoire d’amour et de rêve.

Avis

 La Belle et la Bête était mon conte préféré en étant plus jeune, surtout grâce à Disney je l’avoue. J’ai toujours aimé les réécritures de contes et là, c’était l’occasion de découvrir ou redécouvrir ce conte grâce à Robin McKinley.

Ici Belle, de son surnom, vit avec son père, marchand et ses deux sœurs. Loin de correspondre à son surnom, elle préfère les chevaux et la lecture aux soirées et robes de princesses. 
Après avoir fait faillite, la famille part vivre dans un village de campagne où chacun doit apprendre à changer ses habitudes et à s’endurcir.
De retour d’un voyage en ville, leur père se perd dans la forêt où il trouve dans un château enchanté. Nourri et logé, l’homme reprend sans sa route, mais avant de partir il souhaite ramener un cadeau à Belle, une rose. Ce geste n’est pas du goût de son hôte, la Bête, qui le punit à revenir seul pour mourir ou à lui donner une de ses filles.
Lorsqu’il rentre chez lui, il raconte sa terrible histoire et Belle décide de se sacrifier. Peut-être la Bête n’est-elle pas si terrible?

Même si je connaissais l’histoire et le dénouement, j’ai aimé lire ce roman de bout en bout. Ça n’a pas été un coup de cœur, mais une bonne lecture. J’aurais quelques reproches de rythme, parfois trop de longueur et une fin un brin trop rapide pour moi.
Robin McKinley prend le temps de nous présenter Belle, sa famille, leur déménagement, l’évolution de la situation. Le lecteur s’attache aux personnages qui font la vie de Belle, ses sœurs si différentes d’elle sans être superficielles, son père aimant. Pendant la moitié du roman, tout se met en place et la séparation n’en est que plus déchirante.
La deuxième partie du roman est consacrée au séjour de Belle chez la Bête. Cette rencontre entre une jeune fille n’espérait jamais vivre un conte de fée et une Bête solitaire depuis des années. Malgré l’apparence du propriétaire des lieux, Belle va apprendre à connaître la Bête et à l’apprécier. Loin d’un monstre sanguinaire, la Bête se révèle être un homme torturé.

Robin Mckinley offre avec Belle un univers féerique intemporelle. Il y a nombre de descriptions, on s’attache aux personnages, à leur vie, à leur destin et on laisse de côté l’action et les revirement. Comme dit plus haut, le rythme est un peu long. Il faut attendre la moitié du roman pour voir la rencontre de Belle et de la Bête. Si on comprend l’attachement de Belle au fil des pages, grâce à des petites habitudes qu’ils prennent tous les deux. Je trouve dommage d’avoir fait une fin si rapide, presque bâclée.

Pour vous avouer je n’ai jamais lu le conte originel (je devrais y remédier d’ailleurs). Belle m’a fait retomber en enfance. J’adore les contes pour la nostalgie qu’ils m’offrent et toute la signification qu’ils ont sous mon regard d’adulte. Malgré la lenteur du récit, j’ai tout de même été prise du début jusqu’à la fin. J’ai fermé la dernière page avec un pointe de déception : ne pas avoir eu un roman plus long et plus riche.
Publicités

4 réflexions au sujet de « Belle – Robin McKinley »

  1. Je vois qu'on se rejoint pas mal sur notre ressenti concernant ce bouquin 😉

    J'avais bien apprécié la première partie du roman, mais mon intérêt a décliné peu à peu à partir du moment où Honneur a emménagé chez la Bête.

    Et le tout a fini de retomber comme un soufflet pour de bon avec cette fin, qui pour moi aussi est bâclée, clairement.

    Je l'ai lu début octobre et j'avoue que j'ai déjà oublié les trois quarts de ce qui s'y passait… lol.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s