Gallimard jeunesse

Tous nos jours parfaits – Jennifer Niven

Titre VO : All the Bright Places
Édition : Gallimard jeunesse
Genre : Contemporain, Young-adult
Pagination : 377
Prix : 17.50€

Quatrième de couverture 

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.
Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Avis

J’ai lu Tous nos jours parfaits à l’occasion d’une lecture commune sur le groupe « Our PrettyBooks’ Club« . Comme à mon habitude, je ne savais pas de quoi il parlait et peut-être que j’aurai dû car ça m’aurait préparé à toutes ces émotions qui allaient affluer.
 
Théodore Finch et Violet Markey se rencontrent sur le parapet de leur lycée, prêts à sauter. Peut-être est-ce le bon jour? C’est ce que ce demande Théodore avant de voir Violet non loin de lui. Décider à l’aider, il en oublie le pourquoi il était là. Violet, elle, est trop gênée et ne veut surtout pas que les autres sachent pourquoi. Les deux adolescents finissent pas redescendre et toute la gloire revient à la jolie Violet qui a sauvé ce « fêlé » de Théodore. Ce dernier n’en a pas fini avec Violet.
C’est lors d’un cours de géo, que Théodore mettra Violet au pied du mur en l’obligeant à travailler avec lui et là, elle ne peut pas fuir. Là commence ces jours parfaits.

Pour tout vous avouer je ne sais pas comment faire ma chronique. J’ai encore du mal à me remettre de cette histoire parce que je l’ai prise avec toute ma naïveté et mon ignorance. Pensant avoir à faire à un roman Young-adult banal.  En réalité, je suis tombée sur un magnifique roman qui traite de sujets durs, mais avec justesse. Jennifer Niven arrive avec finesse à dépeindre le deuil, les problèmes mentaux et le suicide, tout en gardant une note d’espoir. On est face à un roman affreusement humain qui m’a marqué parce qu’il a fait écho en moi.

Tous nos jours parfaits est un roman à deux voix, où Théodore et Violet alternent leur point de vue. On découvre une Violet ployant sous la culpabilité. Sa sœur, Eleanor, est décédée il y a 9 mois dans un accident de voiture où Violet a survécu. La jeune fille stagne totalement, errant dans un puits sans fond, n’arrivant pas à faire son deuil. Pour ne pas la brusquer, pensant l’aider, ses parents, ses amis et ses profs la couvent et la laissent filer devant les obstacles.
Sa rencontre avec Théodore va changer la donne. Nous sommes en contact avec lui dès les premières pages. Théodore est un garçon qui a une sensibilité exacerbée, mais cette sensibilité autant un don qu’une malédiction lui permettent d’aborder la vie différemment. Il s’éblouit des petites choses simples, des beautés quotidiennes. Malheureusement, en contrepartie la cruauté de la réalité lui retombe en plein face et ce combat contre lui-même l’entraîne dans un Grand Sommeil, morne et mélancolique.

Mon propre cerveau m’apparaît comme la plus incompréhensible des machines – toujours à bourdonner, vrombir, planer, rugir, plonger et finir embourbé dans la gadoue.

Pendant quelques mois nous allons suivre ces deux protagonistes réunis par un devoir de géo : partir à la découverte de l’Indiana. Nous allons les voir grandir et évoluer. Nous allons voir Théodore pousser Violet dans ses retranchements. Nous allons voir Violet affronter ces obstacles. Nous allons les voir se découvrir et s’aimer. Nous allons les voir dans leurs plus beaux moments et dans les pires instants.
Nous allons voir ces deux personnages, tous les deux en difficulté, mais aidés différemment.

Violet est très entourée, par sa famille, ses « amis » même si on voit bien qu’elle n’a pas grand chose en commun, ses profs ou encore sa psy.
Théodore, lui, est seul face à lui même. Son seul soutien serait son psy qui a l’air d’avoir sincèrement envie de l’aider. Mais Théodore est retranché sur lui-même, tu ne peux pas dire au monde tout ce qui traverse ton cerveau, car le monde n’est pas prêt à entendre un Théodore. Pour le monde Théodore est fêlé. Alors Théodore reste seul avec ses fêlures et ses pensées. Il se bat. Il fait bonne figure devant une mère démissionnaire, une sœur ainée pas prête à affronter ça et une cadette trop innocente. Il déteste un père taciturne qui a fuit sa famille et qui lui ressemble pourtant.
Théodore est seule jusqu’à Violet. Théodore sauve Violet d’elle-même. Il lui montre toutes les belles et bonnes choses qu’elle peut encore découvrir. C’est en Violet que Théodore va découvrir qui il est : « Le garçon qu’elle aime ».

La plus belle chose qui soit arrivée à mon cœur, c’est de battre pour toi…

Tous nos jours parfaits va vous faire rire, il va même peut-être vous parler, vous allez même peut-être vous retrouver, vous allez peut-être pleurer. Certains y ont vu une note d’espoir, j’avoue qu’à l’heure qu’il est, je n’y arrive pas. Comme le spécifie l’auteur, on nous colle des étiquettes. Théodore a cette étiquette de fêlé, qui fait que personne ne le prend au sérieux. Il paraît juste plein de vie, un peu bizarre, qui vit sa vie comme il l’entend. Pour cela je ne suis pas tout à fait d’accord avec le synopsis, « l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir. » Certes Violet réapprend à vivre, à sortir de chez elle et trouver une nouvelle volonté d’avancé, mais Théodore ne veut pas mourir. Cela va plus loin que ça. Il se bat, chaque jour, à chaque chapitre on le voit, il compte ces jours où tout va bien, où son esprit ne s’est pas encore retourner contre lui. Théodore, tout comme Violet qui n’ose pas parler de ses difficultés à faire son deuil, ou comme des millions d’autres adolescents, est un garçon qui avait besoin qu’on soit là pour lui sans le juger.

Que ton œil rejoigne le soleil, ton âme le vent… Tu es toutes les couleurs en une, à leur maximum d’éclat

Tous nos jours parfaits est un roman sincère. L’auteur y met d’elle-même et rend ses personnages vivants. C’est un roman magnifique et bouleversant.
Publicités

12 réflexions au sujet de « Tous nos jours parfaits – Jennifer Niven »

  1. J'aime beaucoup ce que tu dis sur le fait que Finch ne souhaite pas mourir, qu'il se bat… J'ai beaucoup aimé ce roman aussi, je ne sais pas trop comment le conseiller car il est aussi sombre que lumineux et aborde des thèmes vraiment difficiles à aborder, mais elle le fait de fait avec beaucoup de justesse. Son histoire sonne juste et est superbe, mais le thème du suicide est tellement compliqué, je ne sais pas si ce genre de livres sera à conseiller à qqun qui a perdu un proche d'une telle façon…

    J'aime

  2. Je lis seulement ta chronique, je voulais faire la mienne sans me laisser influencer. JE l'ai également lu dans le cadre du club..
    Effectivement, on prend une claque ! C'est un coup de cœur pour moi ….
    Comme toi, j'ai du mal à y voir un livre d'espoir. Mais ce livre est magnifique et s'il peut inciter au dialogue des gens qui sont mal, c'est tant mieux. C'est ce que souhaite l'auteur apparemment.
    bonne journée !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s