Aventures & Passions·J'ai lu

Il était une fois, tome 1 : Au douzième coup de minuit – Eloisa James

Titre VO : A kiss at midnight
Édition : J’ai lu, Aventures & passions
Genre : Romance historique
Pagination : 344
Prix : 6.60€

Quatrième de couverture

Réduite au rang de servante depuis la mort de son père, Kate vit sous le joug de sa belle-mère Mariana. L’odieuse femme va bientôt marier sa fille, Victoria, à un éminent parti, mais avant tout , la future épouse doit être présentée au prince Gabriel. Par un coup du sort, Victoria ne peut se rendre au château. C’est donc Kate qui est envoyée à sa place, déguisée en fiancée. Kate va rencontrer Gabriel, un prince aussi charmant qu’arrogant. Un prince pour qui son cœur vacille, mais que le destin s’acharne à lui dérober. Et si un baiser avait le pouvoir de tout changer ? Et si les contes de fées existaient ?

Avis

J’ai découvert avec étonnement la plume d’Eloisa James et sa reprise originale et légère du conte de Cendrillon dans ce premier tome d’Il était une fois, Au douzième coup de minuit.

En ouvrant ce premier tome, je m’attendais à une énième romance guimauve sur la base du conte de Cendrillon. Si Eloisa James s’en sert comme toile à son histoire, on est loin de la noirceur de Perrault et la niaiserie de Disney. Alors oui l’intrigue est couru d’avance, mais les personnages valent leur pesant de cacahuètes.

Kate est une jeune femme qui se retrouve orpheline quand son père meurt après son remariage avec Marianne. Cette dernière exploite Kate pendant qu’elle dépense l’argent de l’héritage à coups de robes tout en virant les divers employés de la propriétés et les paysans alentours. Sa fille, Victoria, plus douce et fleur bleue, a eu la merveilleuse idée de tombée enceinte et de précipité son mariage avec l’amour de sa vie. Le problème c’est que celui-ci doit avoir l’aval de son oncle, le prince Gabriel, pour pouvoir profiter de l’héritage de sa mère. Tout irait bien si Victoria ne s’était pas fait mordre par l’un de ces chiens et ne peux aller à la rencontre de Gabriel, c’est donc Kate qu’on envoie à sa place pour qu’elle jours le rôle de Victoria.
Voici l’intrigue plus ou moins rocambolesque qui vous fera déjà tiré un sourire par son absurdité, mais on se prend au jeu et on continue parce que Kate a du caractère et on veut savoir comme tout cela va se dérouler.

Eloisa James s’est totalement appropriée le conte, le revisitant à sa sauce avec des péripéties extravagantes et des personnages hauts en couleur. Tout au long du roman, ça nous paraît fou que les gens qui ont rencontré Victoria puisse la confondre avec Kate. On s’émoustille de la rencontre entre Gabriel et Kate qui était mal engagé. Lui est plutôt imbu de lui-même, grand séducteur, il montre au fil des pages une personnalité altruiste. Elle se découvre en femme sensuelle et amoureuse, se prenant au jeu de Gabriel qui est tombée sous son charme.

Au douzième coup de minuit est une romance courte et fluide. Les événements s’enchaînent dans une cohérence qui lui est propre, un peu invraisemblable. La narration s’alterne entre les deux tourtereaux permettant aux lecteurs d’apprécier l’histoire dans son ensemble.
On regrettera la fin un peu trop rapide alors que la romance s’installe et évolue petit à petit. Ce premier tome reste agréable, drôle et frais.
Publicités

4 réflexions au sujet de « Il était une fois, tome 1 : Au douzième coup de minuit – Eloisa James »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s