J'ai lu

Rebecca Kean, tome 1 : Traquée – Cassandra O’Donell

Édition : J’ai lu
Genre : Urban fantasy
Pagination : 474
Prix : 12€

Quatrième de couverture

Burlington…nouvelle Angleterre. Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des États unis, bref un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement, parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs ici que partout ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…

Avis

Cela fait un petit moment que je ne m’étais pas plongée dans une série bit-lit/urban fantasy et encore moins française. Rebecca Kean est une excellente découverte malgré quelques petits points noirs.

Rebecca Kean est une sorcière de guerre, parmi les plus puissantes, elle est née pour tuer. Bannie de son clan et condamnée à mourir, Rebecca est en cavale avec sa fille, Leonora, depuis dix ans. L’arrivée à Burlington, petite ville paumée, promet un nouveau départ, si on fait abstraction du nombre concentré d’êtres surnaturels… et des problèmes qui vont avec.

Le bon point des romans comme Rebecca Kean, c’est leur côté série. Les tomes marchent comme des épisodes qu’on boulotte comme du pop-corn devant la télé, on découvre une intrigue principale qui apporte un rythme intense au roman, malgré sa taille et un fil rouge, ici, le passé de Rebecca et sa condition, qui va sûrement se dérouler sur les autres tomes.

Dans Traquée, Rebecca est engagée par le Directum, sorte de gouvernement réunissant les chefs des différentes espèces surnaturels (loup-garous, vampires, chaman, etc), pour retrouver plusieurs membres disparus. D’un tempérament froid et direct, Rebecca joue son rôle à merveille n’hésitant pas à torturer au besoin. Si elle ne paie pas de mine au vu de son gabarit, les pouvoirs qui l’habitent ne font aucun doute sur sa puissance et sur les rumeurs qui courent sur les sorcières de guerre.

Malgré son jeune âge (26 ans), Rebecca a vécu beaucoup de choses et vu pas mal d’horreur. Cassandra O’Donnell nous dévoile son passé petit à petit, de son enfance éprouvante à ses premiers combats et la naissance de Leonora. Cette dernière est très mure pour son âge (9 ans) et montre des capacités différentes de celle de sa mère. C’est un personnage prometteur et qui, j’espère, se révélera plus au fur et à mesure. Elles vivent toutes les deux dans une quasi solitude, n’acceptant que la présence de Beth, une louve-garou attachante qui s’occupe de Léo quand Rebecca doit « travailler ». Toutes trois forment une famille unie.

Le premier point noir c’est quand Rebecca rencontre les premiers « mâles » de l’histoire… Hormis le fait qu’ils sont tous beaux comme des dieux, mais ça on a l’habitude, c’est surtout le comportement de Rebecca qui m’a étonné. Elle vit presque comme une nonne et finit par voguer entre plusieurs hommes (semi-démon, vampire, etc). On est quand même loin de tomber sur le banal triangle amoureux et l’auteure ouvre la porte à une relation mystique avec un autre personnage.
J’ai aussi tiqué vis à vis du personnage de Rebecca en lui-même. C’est une femme forte et indépendante qui n’hésite pas à prendre les décisions qui s’imposent à faire ce qu’il faut. Parfois ça s’entrechoque durement avec son côté indécis avec ses faiblesses, elle agit sous l’impulsivité et se met en danger bêtement.

J’ai entendu dire que Cassandra O’Donnell s’était beaucoup inspirée d’Anita Blake et si on retrouve quelques points communs dans le caractère de l’héroïne, j’ai trouvé Rebecca plus attachante. L’auteure arrive tout de même a crée un univers surnaturelle fluide avec leurs politiques propres et de nombreuses espèces différentes. Elle arrive à insérer des souvenirs du passé pour aider le lecteur à mieux appréhender Rebecca et lui donner plus de substances.

En résumé, malgré quelques petits points négatifs qui ne nuisent pas forcément à l’histoire, on passe un très bon moment au côté de Rebecca, un personnage haut en couleur, dans un monde moderne et riche.

Lecture commune avec Louve et Walkyrie
Publicités

8 réflexions au sujet de « Rebecca Kean, tome 1 : Traquée – Cassandra O’Donell »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s