MSK

Red Queen, tome 1 – Victoria Aveyard

Titre VO : The Red Queen Trilogy, book 1 : Red Queen
Édition : MsK
Genre : Dystopie, Young-adult
Pagination : 444
Prix : 18€

Quatrième de couverture 

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien.

Avis

Red Queen est un coup de cœur! Comme ça c’est dit! J’en ai entendu beaucoup de bien à sa sortie et je comprends pourquoi. J’ai supprimé une partie du synopsis parce que je pense qu’il a certaine chose qu’on apprécie de découvrir à la lecture.

Mare Barrow est une Rouge. Son sang est rouge. Son sang définit ce qu’elle est, une esclave au service des Argents. Les Argents sont les riches et puissants de ce nouveau monde qu’est devenu le nôtre. Force et pouvoir, voici ce qui définit les Argents, c’est comme ça qu’ils gardent sous leur joug les Rouges. C’est dans ce système de caste qu’évolue notre héroïne. Amenée à partir au front comme tous les Rouges de 18 ans, Mare aide sa famille en volant, c’est le seul talent qu’elle a, du moins c’est ce qu’elle croit.

Dès les premières pages, j’ai su que j’allais adorer Red Queen. Tout les ingrédients d’une bonne dystopie y était. Un univers supplantant le nôtre, moderne dans ses acteurs et ses faits et qui pourtant retrace une partie de notre histoire où l’esclavage était une plaie purulente.
Ici, les Argents sont génétiquement supérieurs aux Rouges. Ils arborent des pouvoirs extraordinaires qui écrasent tels des fourmis les humains lambdas. Tout au long on a un élan de révolte face aux Argents, être vaniteux et couards. Ils font les fières dans leur tout d’argent pendant que les Rouges triment et meurent à leur place.

Du haut de ses 17 ans, Mare évolue dans ce monde froid. Bien conscience de ce qu’elle est, Mare ne se plaint jamais, elle fait face avec courage et force. Après avoir vu son père revenir estropié du front, ses trois frères partir se battre les uns après les autres, Mare attends sa conscription avec fatalité. Pourtant dans ses yeux brûlent le feu de la rébellion. Née dans la boue, Mare va se retrouver projeter dans les hautes sphères, contrôlant encore moins son destin. La petite Rouge qu’elle est, va devoir jouer dans la cour des grands où tout n’est qu’illusions et mensonges.

La vérité n’a aucune importance. Seul compte ce que croient les gens

Victoria Aveyard offre un roman fascinant. Tout est bien ficelé et à sa place. Les Argents en haut, les Rouges en bas. Tout est en ordre. Mare connaît cet ordre, elle exècre ce monde, les Argents. Dans son courage, elle veut changer tout cela, apporter quelque chose de nouveaux à ses frères Rouges, mais est-elle prête à en payer le prix. Le changement peut-il se faire sans violence. A ses dépends Mare va vite apprendre que la confiance est un bien qu’il faut protéger précieusement pour ne pas être déçu et mourir.

N’importe qui peut trahir n’importe qui. 

Le lecteur est totalement entraîné dans ce monde si proche et si loin du nôtre. Avec rythme, on explore, Norta au côté de Mare. On observe les Rouges et les Argents dans ce système déséquilibré où les uns survivent pour que les autres vivent. Les personnages que nous rencontrons au fil des pages sont tout en relief et haut en couleur. On apprends à se méfier, à les aimés ou à les haïr. Si certains sont attachants et nous entraîneraient volontiers dans leur cause, d’autres nous répugnent par leurs actes. Victoria Aveyard arrive à les rendre vivants, à donner à ce premier tome une grande profondeur.

L’intrigue monte crescendo, les premiers chapitres explorent Norta, le fonctionnement politiques et petit à petit, la révolte monte grâce à la Garde écarlate. Tel une partie d’échec, le lecteur attends et observe chaque coup, ne sachant qui va l’emporter. Soudain arrive la fin et votre cœur explose. Vous avez fait une confiance aveugle à l’auteur et elle vous porte le coup fatal qui vous donne envie de hurler. Elle a réussi à vous faire rentrer dans le jeu, à vous sentir vivant dans votre lecture, au fil des pages vous n’êtes plus un simple spectateur du désarroi de Mare, vous la suivez comme son ombre, ses sentiments sont les vôtres et vous tombez avec elle.

Des coups de cœur j’en ai eu, mais des romans qui vous arrachent les tripes comme Red Queen, ça se compte sur les doigts de la main. Vos nerfs sont mis au supplice, Victoria Aveyard abat ses cartes, on pense connaître son jeu jusqu’à ce qu’elle vous poignarde et malgré la douleur vous en redemandez.

Notre armée se lèvera, aussi rouge que l’aube.
Lecture commune avec Read & Escape
Publicités

2 réflexions au sujet de « Red Queen, tome 1 – Victoria Aveyard »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s