Robert Laffont

Nos faces cachées – Amy Harmon

Titre VO : Making faces
Édition : Robert Laffont, collection R
Genre : Romance, Young-Adult
Pagination : 437
Prix :

Quatrième de couverture
Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l’on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu’à ce qu’il cesse de l’être… Nos faces cachées est l’histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L’histoire d’amour d’une jeune fille pour un garçon brisé, d’un guerrier pour une fille ordinaire. L’histoire d’une amitié profonde, d’un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu’il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

Avis

Je crois qu’il n’y a plus besoin de présenter Nos faces cachées. Le roman auto édité par Amy Harmon a remué toute la blogosphère autant étrangère que française. D’une histoire simple, l’auteure arrive à sortir des personnages émouvants et une histoire plus complexe pour les réflexions qu’elle apporte.

Ambrose, Bailey et Fern vont dans le même lycée, chacun est lié à l’autre d’une façon ou d’une autre. Ambrose magnifique lutteur, populaire auprès de la gente féminine, est aussi l’ami de Bailey, fils du coach de l’équipe de lutte. Bailey est un adolescent atteint de myopathie qui le confine au fur et à mesure à un fauteuil roulant. C’est aussi le cousin de Fern, une jeune fille éprise de romans d’amour et d’écriture, avec un physique ingrat, elle est follement amoureuse d’Ambrose.
Malheureusement la vie va les rattraper plus vite qu’ils ne le croyaient, les exposant à une réalité parfois cruelle. 

Nos faces cachées est un hymne à la vie, à tellement de choses qui la compose, l’amour, l’amitié, la tolérance, et j’en passe. Dans ce conte revisité de La Belle et la Bête, on découvre l’importance d’aller au delà des apparences. Il faut savoir creuser pour découvrir la petite étincelle qui rallumera le feu.
Fern sera la flamme d’Ambrose dans l’obscurité pourtant le départ était mal engagé… 
La première partie est assez lente, mais elle permet d’introduire tous les personnages, de visualiser les liens qui les unissent et mieux apprécier les évolutions qui s’opèrent chez chacun dans la seconde partie.

Amy Harmon place son roman à cheval avec le 11 septembre 2001 qui foncièrement nous a tous bouleversé (j’avais 12 ans) et la guerre en Irak. A la recherche de son avenir et de sa place au sein de la société, Ambrose sera pris d’un élan patriotique et convaincra ses quatre amis de partir avec lui faire la guerre. Le jeune homme en ressortira marqué à vie tant physiquement que mentalement.
Pendant ce temps Fern et Bailey mèneront leur propre combat dans leur petite ville. Comme cul et chemise, les deux cousins partagent tout des peines à la joie.

Si Fern est les jambes de Bailey, celui-ci est son optimiste. Toujours avec un trait d’humour à porter de main, Bailey illumine le roman de sa personnalité, plein de vie, il la croque à plein dent malgré son handicap parce qu’il sait qu’un jour ça sera fini. Fern, quant à elle, le suit partout profitant de son rayonnement pour s’épanouir. Tel une fleur, elle affiche un physique plus avantageux qu’à l’adolescence, tellement changée qu’Ambrose ne la reconnaîtra pas tout de suite. Plus qu’une beauté, Fern est une jeune fille extrêmement généreuse qui aide les autres sans contrepartie.
Au début du roman il y a comme un fossé avec Ambrose, le garçon est très populaire au sein de son lycée, champion de lutte, il est aussi très beau. Si on pourrait le prendre pour un cliché du genre, il s’en éloigne petit à petit, nous montrant une personnalité plus fissurée avec ses doutes et ses convictions.

C’est compliqué de parler de ce roman pour vous donner envie sans trop en dire, écrit au présent il nous permet de mieux nous imprégner de tout ce qu’il a à nous offrir. J’ai réussi à le découvrir sans trop savoir le fond de l’histoire. J’avais esquivé toutes les chroniques pendant des mois et je l’ai dévoré en une journée.  
Nos faces cachées est un roman qui vous remue parce qu’il vous exprime une réalité quotidienne, celle que nous avons tous touché du doigt, la tolérance, l’amitié, l’amour. Tout donner pour nos convictions. Être fort dans toutes les circonstances. Avoir quelqu’un pour porter nos faiblesses quand ça ne va plus. Une réalité que la guerre a assombri qui a mis en exergue les qualités de Fern, d’Ambrose et Bailey.

Pour conclure, comme je le disais, Nos faces cachées est un hymne à la vie pour ce qu’elle nous enlève dans la douleur et ce qu’elle nous apporte dans la joie, pour ce qu’elle vaut d’être vécue.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Nos faces cachées – Amy Harmon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s