Michel Lafon

Le Palais des Ombres – Maxence Fermine

Édition : Michel Lafon
Genre : Contemporain
Pagination : 363
Prix : 19,95€

Quatrième de Couverture

Paris, dans les années 1960. Nathan Thanner, trentenaire taciturne et discret qui ne vit que pour ses marionnettes confectionnées dans le secret de sa boutique, voit sa vie bouleversée par une lettre de son père auquel il ne parle plus depuis vingt ans. Cet ex-romancier à succès, dont la rumeur veut qu’il soit devenu fou, lui annonce son décès et l’héritage qu’il lui lègue : l’énigmatique maison où il vivait reclus, Le Palais des Ombres. Mais, même dans la mort, Hugo Thanner reste un être fuyant et mystérieux, à l’image de cette demeure diabolique qui semble se jouer de Nathan. Commence alors pour le jeune homme un inquiétant jeu de pistes dont l’issue pourrait le changer à jamais…
Mon avis

Maxence Fermine nous offre un roman unique où le lecteur oscille entre l’imaginaire et la réalité.
Nathan Thanner, trentenaire introverti, propriétaire d’une boutique de marionnettes, reçoit une lettre de son père, qu’il n’a pas vu depuis vingt ans, lui expliquant qu’il est mort. Complètement à l’opposé de son fils Hugo Thanner, écrivain célèbre à sombrer dans la folie et lègue à son fils sa maison, Le Palais des Ombres.

Le roman est conçu sous forme de journal intime où Nathan nous relate sa vie à partir de la lecture de la lettre de son père. Cette façon d’aborder le roman permet au lecture de s’attacher à Nathan qui a longtemps cherché l’attention de son père et a fini par l’ignorer, du moins c’est ce qu’il croyait…
La découverte de l’héritage, la maison, Le Palais des Ombres, qui lui est fait et les conditions l’accompagnant oblige à Nathan a se confronter au fantôme de son père et à son passé.
Nathan aborde cette maison avec une grande appréhension et ce lieu mystérieux le lui rend bien en lui donnant une sacrée frousse. On passe peu de temps dans la maison, avec regret, Nathan ayant trop peur après deux, trois expériences infructueuses.

Au premier abord, on pourrait penser que toute l’intrigue est fondée autour de la maison alors que la force de ce roman est dans son personnage principal, Nathan. Maxence Farmine amène un protagoniste sobre et introverti qui observe un évolution au cours des trois cents pages. Complètement à l’opposé de son père, on sent que Nathan a du mal à trouver sa place et manque de confiance lui. Il se découvre petit à petit aux yeux du lecteur aux siens en parlant de lui avec la jolie Hannah, sa voisine violoniste.

Ce roman a quelque chose de magique, il entraîne le lecteur dans une chasse au trésor où se mêle des décors contemporains et fantastiques. Maxence Farmine a une plume poétique qui nous décrit un Paris des années 60 envoûtant et un Palais des Ombres insondable.

Si Le Palais des Ombres n’est pas un coup de cœur, il reste une lecture prenante, emportée par le flot des souvenirs et des révélations.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le Palais des Ombres – Maxence Fermine »

  1. J'aime bien Maxence Fermine, j'ai lu son autre saga La Petite Marchande de rêves. Je tenterai ptet celui-ci un jour, mais pas en priorité car il ne m'attire pas plus que ça (pour le moment lol).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s