Michel Lafon

Contrecoups – Nathan Filer

Titre VO : The shock of the fall
Édition : Michel Lafon
Genre : Young adult, drame
Pagination : 352
Prix : 19.95 

Quatrième de Couverture

« Je vais vous raconter ce qui s’était passé, parce que ce sera l’occasion de vous présenter mon frère. Il s’appelle Simon. Je pense que vous allez l’aimer. Vraiment. Mais d’ici quelques pages il sera mort. Et, après ça, il n’a plus jamais été le même. »

Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps…

Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l’internement… Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.


Avis

Nathan Filer nous offre un roman qui prend aux tripes de la première à la dernière ligne. Un livre qui vous frappe par sa force!
Matthew est un jeune homme de 19 ans qui nous parle de son monde. Nous perdant dans les tréfonds de sa mémoire et de ses pensées, il nous parle de son frère Simon, un enfant « spécial » et de la perte de ce soleil qui illuminait leur vie.
Etouffé par la peur d’une mère et par sa culpabilité, Matthew grandit seul. Ensuite arrive les effluves de la drogue, la volonté d’indépendance. Toujours accompagné de cette profonde solitude, Matthew sombre petit à petit dans la folie, rongé par le « serpent », c’est ainsi qu’il appelle sa maladie. Finissant en hôpital psychiatrique, il nous explique l’infantilisation et le manque de respect.
On s’attache à Matthew, on aimerait lui prendre la main et le guider dans ce brouillard qu’est sa vie depuis la mort de Simon. Nathan Filer arrive à nous embrouiller en alternant différents moments de la vie de Matthew, son enfant, l’adolescence, l’hôpital, il est parfois difficile de savoir où nous en sommes dans la vie du jeune homme. Mais c’est une façon de nous faire rentrer à 100% dans le roman. On l’accompagne tout du long, on suit ses pensées avec un style oral qui abat toutes les frontières de la lecture.
Grâce à l’écriture et au dessin Matthew arrive à trouver un fil rouge à sa vie, difficile à suivre, mais qui lui permet de faire le point sur lui-même. Il a un regard sarcastique sur lui et les autres. Pris dans sa solitude, il accepte quelques marques de tendresse, mais à la critique facile. Les autres personnages qui gravitent autour de lui essaient de comprendre, mais Matthew s’enferme de plus en plus. On voudrait leur murmurer des solutions pour ne plus subir ce chaos.
On est happé par ce roman. Nathan Filer arrive avec brio à montrer aux « ignorants » l’impuissance dans laquelle on se retrouve quand votre propre esprit se retourne contre vous. 
Contrecoups est un roman frappant! Il vous faudra peut-être un peu de temps pour vous relever et dire au revoir à Matthew.
Publicités

Une réflexion au sujet de « Contrecoups – Nathan Filer »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s