Robert Laffont

Lucides – Adrienne Stoltz & Ron Bass

Titre VO : Lucid
Édition : Robert Laffont, Collection R
Genre : Fantastique, Young-Adult
Pagination : 373
Prix : 18.90 

Quatrième de Couverture

Sloane, première de sa classe, coule une existence paisible dans une petite ville côtière des États-Unis. Maggie, jeune fille indépendante, entame une carrière d’actrice prometteuse à New York. Tout les sépare, hormis une chose : en dormant, chacune rêve et vit la vie de l’autre jusque dans ses secrets les plus intimes. Jamais encore leurs chemins ne s’étaient croisés. Jusqu’au jour ou Sloane tombe amoureuse d’un garçon. Vient ensuite le tour de Maggie… Laquelle est réelle ? Laquelle n’est qu’un songe ? Sloane et Maggie vont devoir trouver une réponse, sinon elles risquent de sombrer dans la folie. Pour l’une d’elles, cela signifiera tout abandonner : son quotidien, son amour, elle-même ; juste au moment précis ou elle s’était découvert une raison de vivre.

Avis

Lucides m’a carrément retourné le cerveau. La dernière page tourné, je l’ai balancé à travers ma chambre.

Sloane est une jeune lycéenne qui a une vite plutôt paisible, entourée de ses amis et de sa famille. Toutes les nuits elle rêve des journées de Maggie. Cette dernière âgé de 17 ans comme Sloane est actrice à New York. C’est une jeune fille solitaire et indépendante vivant avec sa mère et sa fille. Elle-même rêve des journées de Sloane.

Adrienne Stoltz et Ron Bass vous mettent le cerveau à l’envers avec Lucides. On alterne les séquences entre Sloane et Maggie avec des descriptions de leurs vies longue comme mon bras. J’avoue qu’au début c’était un peu long. Le plus intéressant arrive à la moitié du livre quand on essaie de comprendre où est la réalité.
C’est à ce moment que vous vous demandez si vous même êtes bien réelle. Vous cherchez les petits indices disséminés, vous demandez aux copines, vous vous triturez les cerveaux. Vous comprenez mieux pourquoi j’ai fini par le balancer.

Je ne me suis pas spécialement attachée aux personnages. J’ai eu une petite préférence pour Sloane qui se rapprochait plus de moi à cet âge-là. Je trouvais Maggie un peu trop « pleurnicheuse », mais j’aimais bien son indépendance. Sloane a un peu la vie rêvée, même si elle a aussi eu ses coups durs lorsqu’elle a perdu son meilleur ami et amoureux, Bill. Elle est attachante.
Quand Sloane et Maggie rencontrent enfin l’amour une nouvelle fois ou pour la première fois, tout bascule… je vous laisse le lire pour en savoir plus.

J’ai déploré que les auteurs ne poussent pas plus loin les expériences, en apprendre plus ce qui se passe entre Maggie et Sloane. Bien sur cela aurait peut être gâché l’effet. Vous arrivez à la fin et vous vous posez encore plus de questions qu’au début sans aucune réponse. Un seul mot : frustration!
Heureusement Pomme’s book était là pour éclairer ma lanterne, ce qui m’a permis de mieux aborder ma lecture.

Adrienne Stoltz et Ron Bass ont écrit un livre unique et recherché. Si ce n’est pas un coup de cœur, ce roman m’a complètement chamboulé, j’étais aussi paumée que les héroïnes.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Lucides – Adrienne Stoltz & Ron Bass »

  1. Je suis d'accord avec toi, sur le fait que le livre traîne en longueur et qu'il faut attendre plus de 250 pages pour que ça bouge un peu. Je n'aurais pas été jusqu'à le balancer à travers la chambre mais l'aurait volontiers poser dans un coin, si on ne m'avait pas dit que la fin valait le coup. Aussi, je m'interroge quand tu dis, que tu n'as pas trouvé de réponses à tes questions, car au contraire j'ai trouvé justement que les auteurs y répondaient et que la réponse était brillante. Peux-tu éclairer ma lanterne ? Peut-être n'avons-nous pas perçu le livre de la même manière et j'aimerais avoir ton point de vue. 😉

    J'aime

  2. On a pas perçu le livre de la même façon car je suis arrivée à la fin et je ne comprenais pas qui était réel et qui ne l'était pas… je vais pas trop m'étaler pour pas spoiler, mais c'est en discutant avec Pomme que j'ai compris toute la démarche.

    Quand je dis que je l'ai balancé ce n'est pas péjoratif. J'aime quand un livre arrive à me sortir une émotion de cette force. Il y avait de la frustration, de la colère, je me sentais paumée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s