Robert Laffont

Revanche – Cat Clarke

Titre VO : UndoneÉditions : Robert Laffont, collection RGenre : Young adult, DramePage : 491Prix : 18.50€  Quatrième de couverture 

Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l’homme idéal s’il ne préférait les garçons… À la fin d’une soirée d’ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable. C’est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d’un garçon qu’il a trouvé postée sur Internet. Cette vidéo plus que compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve d’e-mails agressifs qu’il ne peut bientôt plus supporter. Lui qui n’avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide… À la suite de ce drame, Jem prend trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Alors qu’elle mène sa petite enquête, elle reçoit un jour une lettre anonyme contenant trois noms : ceux des responsables. Sans hésitation, Jem abandonne son look gothique et décide d’approcher ces garçons. Mais sont-ils réellement les coupables ?

 Avis

Tout le monde a parlé de Revanche, « frappant », « bouleversant », « triste »… Pour ma part, j’ai surtout ressenti une profonde colère, mais j’avoue que Cat Clarke est très forte et sa plume est puissante.

Jem est une adolescente, rebelle et asociale. Le seul qui compte c’est Kai. Malheureusement son monde va s’écrouler le jour où Kai va se suicider. La seule chose qui la fera tenir? Se venger!

J’ai eu beaucoup de mal avec Revanche. Je pense que tous les avis « positifs » que j’ai pu voir ne m’ont pas beaucoup aidé. Je me sentais comme une extra-terrestre à ne pas être aussi déprimée à ma lecture.
En fait à la fin, je me suis rendue compte que, oui, j’étais triste, mais j’étais surtout en colère, contre Jem, contre Kai, contre la vie.
J’ai lu ce livre avec mon regard « d’adulte » en jurant contre les personnages, « mais purée, fais pas ça! », « Mais pourquoi t’as pas fais ça?? », ça donnait un peu ça tout le long de ma lecture, entre les yeux qui roulent et les soupirs.
Je ne ressors pas de ma lecture indemne. L’homosexualité est un sujet qui touche tout le monde, encore plus que cela fait parti aussi de notre quotidien. Cat Clarke nous le dévoile du point de vue adolescent, encore que, il n’est pas abordé tout le long du roman, juste comme cause du suicide de Kai.

J’avoue ne pas avoir été très enthousiasmé par les lettres Kai que j’ai trouvé « pompé » sur Ps: I love you. Elles ne m’ont pas touché plus que ça et je n’ai pas trouvé qu’elles amenaient réellement plus à l’histoire, peut-être de connaître un peu mieux Kai.
Je le voyais comme un personnage énergique, sûr de lui, qui se moquait des autres. Son suicide a été comme une « blague » pour moi, je me suis dit que c’était trop facile… et en même temps, les apparences sont tellement trompeuses. On dit que tout va bien, mais rien ne va. On finit par décider ça comme un coup de tête et ça nous semble être la bonne décision, on se sent mieux, serein… 

Tu sais ce que j’aimerais plus que tout au monde? J’aimerai ne pas être homo. Ce n’est pas aussi que je voulais bien le laisser croire. 

Kai n’aurait jamais dû prendre cette décision parce que dans le meilleur des mondes, Kai aurait été un adolescent « normal » qui aime comme tout le monde que ça soit des filles ou des garçons.
Sa mort a énormément touché Jem. Son monde tournait autour de lui. D’ailleurs j’ai trouvé qu’elle l’enfermait dans cette relation. Je n’ai pas du tout aimé ce personnage. Je l’ai trouvé égoïste. Elle juge facilement le « Groupe Populaire » mais en fin de compte elle est pire que ce qu’elle imaginait d’eux. Je crois que tout le long du roman, je l’aurai bien frappé plusieurs fois.
Elle fonce tête baissée, croyant à une vérité qu’on lui a vendu alors que dès les 100 premières pages je savais déjà qui était le coupable. Elle ne m’a pas touché… sauf quand elle se remet parfois en question, qu’elle se demande si elle fait les bons choix.

Il me manque tellement. Ca ne devient pas plus facile. Peu importe ce que les gens disent, le temps ne guérit pas les blessures. Il vous montre simplement de nouvelles, et encore plus douloureuses manières de souffrir de l’absence de quelqu’un.

Cat Clarke nous dépeint un drame adolescent à l’état brut. Elle nous montre la cruauté et l’innocence de l’âge et c’est ça qui nous frappe, cette dureté que l’âge adulte façonne petit à petit par les conventions et la morale. On nous apprend ce qui est bien et mal, mais ici rien n’est bien ou mal ce qui compte c’est la revanche.
C’est un roman fort, prenant. Il vous fait réfléchir. Le seul regret que j’ai, c’est que malheureusement, ce n’est pas une simple fiction et souvent une triste réalité.

Kai et moi vivrions dans un monde où personne n’en aurait rien à foutre de l’orientation sexuelle des gens. L’homosexualité serait banale. Un détail insignifiant.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Revanche – Cat Clarke »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s