Albin Michel

172 heures sur la lune – Johan Harstad

Titre VO : Darlah – 172 timer pa manen
Édition : Albin Michel
Genre : Science-Fiction, Young Adult  
Pages : 474
Prix :
19.50€

Quatrième de couverture

Des années que le sol lunaire n’a pas été foulé par l’homme. 
Pour Mia, Midori et Antoine, l’heure du départ approche…
Alors que Midori y voit un ticket gagnant pour la liberté, loin de sa vie étriquée au Japon, pour Mia, c’est l’occasion rêvée de faire enfin connaître son groupe de rock et de devenir célèbre. Quand à Antoine, il ne souhaite qu’une chose : mettre autant de kilomètres que possible entre lui et son ex-petite amie.
Mais ils sont loin d’imaginer que ce qui les attend sur la face cachée de la Lune est bien pire. 
Et dans l’immensité noire de l’espace, personne ne viendra les sauver…

Avis

Premier partenariat avec Albin Michel pour Pomme’s book. Je la remercie de m’avoir fait confiance.
Pour des raisons quelque peu obscures, la NASA décide d’envoyer trois adolescents sur la lune. Pour cela, elle organise une loterie à laquelle tous les adolescents entre 14 et 18 ans peuvent participer. Comme on peut le voir sur la quatrième de couverture, ce sont Midori, Mia et Antoine qui sont sélectionnés, mais ils ne savent malheureusement pas ce qui les attend.
Pour ma part, 172 heures sur la lune commençait super bien. Le premier chapitre comportait une part de mystère avec ces noms cachés. Je me dis : « Top ! Du suspense, des complots. Ça va être bien. » J’ai un peu déchanté…
Le roman est parsemé de photos, d’affiches et de dessins. J’ai trouvé ça plutôt intéressant pour certaines images, utile pour d’autres. Ça reste un plus plutôt qu’un inconvénient.
Par contre, je trouve que la mise en place du roman est assez longue. On alterne les personnages : Mia, Antoine et Midori ; on a leur ressenti – ce qui nous permet de mieux les connaître, voire de s’y attacher.
D’autres personnages apparaissent, mais je n’y ai pas toujours vu l’intérêt, si ce n’est pour appuyer la thèse du complot vis-à-vis de la NASA.
Malgré quelques longueurs, l’auteur entretient plutôt bien le suspense. Les indices sont semés à droite à gauche. Mais je ne peux m’empêcher de déplorer d’avoir dû attendre les trois quarts du roman avant que les adolescents n’arrivent sur la lune et que l’on comprenne enfin pourquoi on les y a envoyés. La dernière partie passe à une vitesse incompréhensible : tout s’enchaîne, on est balloté d’action en action et pouf… c’est la fin. 
Je me suis sentie un peu flouée. J’attendais beaucoup de ce roman, dès le premier chapitre, et tout est retombé comme un soufflé.
Au niveau des personnages, j’ai apprécié les trois protagonistes, même si on finit vite par se centrer sur Mia. On découvre leurs motivations à s’inscrire à cette loterie et la pression allant en augmentant, on se projette plus facilement à leurs côtés. J’ai eu, malgré tout, du mal à m’attacher. Il manquait une certaine profondeur, tant aux adolescents qu’aux autres personnages. C’est dommage, ça aurait donné plus de consistance au roman et aurait compensé certaines longueurs.
Johan Harstad m’a tout de même emportée avec sa plume. Il ne se perd pas en longues descriptions et parvient à s’attarder sur les bonnes choses au bon moment. Il joue avec nos nerfs, garde ses secrets et nous met au pied du mur. 
Un avis mitigé sur une lecture qui m’avait harponnée dès le début, mais qui m’a laissée sur ma faim.
J’aurais aimé qu’il me décroche la lune un peu plus vite et que la fin me torture un peu plus longtemps.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s