Bayard

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs

Titre VO : Miss Peregrine’s home for peculiar children
Édition : Bayard
Genre : Fantastique, Jeunesse
Pages : 432
Prix : 14.50€
Quatrième de couverture 
Une histoire merveilleusement étrange,
 émouvante et palpitante. 
Un roman fantastique 
qui fait réfléchir sur le nazisme, 
la persécution des juifs, 
l’enfermement et l’immortalité.
Avis

J’ai réussi à me procurer ce petit bijou lors du Salon du livre de Montreuil l’année dernière, dédicacé par Ransom Riggs. Je vous raconte pas l’hystérie quand je me suis rendue compte que le photographe qui nous tournait autour tout le long de l’interview de Tahereh Mafi, c’était lui.

Je venais juste de me résigner à vivre une vie ordinaire, quand des évènements extraordinaires se sont produits.

Jacob Portman est un adolescent de 16 ans qui a fini de croire aux contes que lui racontait son grand-père, Abraham Portman. Jusqu’au jour où les contes l’ont rattrapé et pour éclaircir le mystère il n’a d’autres choix que d’aller faire un tour dans l’orphelinat où a grandit son grand-père au pays de Galles.

Cela fait quelques semaines que le brouillon traîne sur le blog… Je bloquais totalement sur cette chronique pourtant l’auteur m’a conquise. Il y a quelque chose de magique avec ce livre autant dans sa forme générale que dans son contenu.
Tout d’abord n’importe qui peut voir que le livre est beau, la couverture attise la curiosité, l’intérieur est travaillé. Ajouter les photographies parsemées au long du roman et vous avez l’impression de vivre l’aventure au côté de Jacob et des enfants particuliers.
Miss Preregrine et les enfants particuliers m’a tout de suite fait penser à Big Fish de Tim Burton, un film que je trouve absolument magnifique et que j’adore. Le déni de Jacob par rapport à la vie de son grand-père m’a rappelé la relation entre Edward et son fils.
J’ai été emportée dans la magie de la réalité qui se forme autour d’Abe Portman au fur et à mesure que Jacob trouve des indices.
Par contre j’ai l’impression d’être un peu passée à côté de ce que décrit la quatrième de couverture. Après réflexion, je pense que les enfants particuliers servent de métaphore pour exprimer la situation des juifs, mais je n’en suis pas sure et certaine.

Je ne me suis pas spécialement attachée à Jacob en lui-même, mais plutôt à ce qu’il vit et aux enfants.
Du haut de ses 16 ans, Jacob reste très mature et courageux, en attendant c’est quand même un ado et l a ses faiblesses. Ces points lui donnent beaucoup plus de profondeur.
Comment vous parlez des enfants particuliers sans trop vous dire… Ce que j’ai aimé, le fait que Ransom Riggs arrive à leur donner des « particularités » justement qui sont uniques. Elles peuvent être banales ou extraordinaire. En tout cas elles font parties intégrantes de leur caractère.
Miss Peregrine reste très mystérieuse, une femme forte avec une poigne de fer.

D’abord charmé par l’auteur, physiquement… oui, oui je suis faible, mais bon Tahereh Mafi me l’a volé.
Je le contenterai d’être charmée par son écriture. J’ai trouvé qu’il maniait la photographie et le texte d’une main de maître sans se perdre, arrivant ) jongler avec les deux sans que l’on se perde et en gardant une cohérence.

Miss Peregrine et les enfants particuliers a une place particulière dans mon coeur. Ce n’est pas vraiment un coup de coeur, mais à chaque fois que je l’ai ouvert et que j’ai tourné ses pages, il se passait quelque chose au fond moi.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Miss Peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s