Fleuve éditions

Le Jeu, Niveau 1 : Oserez-vous entrer ? – Anders De La Motte


Titre VO : GeimEditions : Fleuve noirGenre : ThrillerPages : 423A paraître : 13 juin
Quatrième de couverture :

Henrik Pettersson, dit HP, la trentaine, vit de petits larcins en marge de la société suédoise. Lorsqu’il trouve dans le métro un portable dernier cri, son premier réflexe est de le revendre. Mais l’appareil affiche obstinément un message : « Tu veux jouer? » En cliquant sur « oui », Henrik ne se doute pas que ce « jeu » aux apparences innocentes va l’entrainer dans une escalade dont l’enjeu ultime pourrait être sa propre vie…
Rebecca Normén est l’exacte opposée de HP : sérieuse et rationnelle, elle a récemment été promue garde du corps. Tout irait pour le mieux dans sa vie si elle ne trouvait pas régulièrement des petits mots menaçants dans son casier. L’expéditeur en sait beaucoup trop long sur son passé. Mais que cherche-t-il? A jouer avec elle?
Les mondes de HP et Rebecca vont se rapprocher inexorablement. Mais si la réalité n’est qu’un jeu, qu’est ce qui est encore réel?

Avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Louve et le forum Mort Sûre ainsi que les éditions Fleuve noir qui me confortent dans mon adoration pour les thriller.
Henrik Petterson alias HP est un trentenaire qui trouve un telephone dernier cri dans le métro. Dubitatif devant cette trouvaille, il décide de le revendre à son ami, Mag, patron d’une boutique d’éléctronique. Entre temps, il s’avère qu’un message sur le téléphone lui propose une tout autre alternative :

Tu veux jouer ?

Rebecca Normén est garde du corps pour le gouvernement  Hantée par son passé, elle essaie tant bien que mal d’avancer sans ces petits mots sur son passé qu’elle trouve inlassablement dans son casier.
Le roman se déroule dans la ville de Stockholm qui nous ait décrite vaguement, mais ça n’a que très peu d’importance, l’auteur donne assez d’informations pour s’imaginer les personnages dans leur environnement.
A mon avis le lecteur se concentre plus sur l’intrigue quand il n’est pas assailli par descriptions de lieux. J’ai été totalement happée par l’intrigue, je suis vite rentrée dans Le jeu au coté de Henrik.
Une première partie est axée sur le Jeu, ses règles et son fonctionnement. On apprends vite qu’en fait chaque joueur doit accomplir une mission pour laquelle il est payé. Ajoutez à cela qu’ils sont aussi filmés, ça doit un coté spectacle à des actes parfois dangereux pour le joueur et les autres. Henrik est vite emporté par les événements  Chaque mission réussite le conforte dans une position de gagnant, observé par des dizaines de gens qui l’admire et le complimente pour ses exploits. Plus rien ne l’excite plus que le Jeu.
A ce moment du roman Rebecca a déjà fait quelques apparitions, mais une mission d’Henrik va les réunir. Pour le coup, l’auteur a fait fort et m’a laissée pantoise quant au dénouement de cette mission (je vous laisse le plaisir de lire le roman pour en savoir plus). Là, on rentre dans une seconde partie, où le but est de reprendre pied avec la réalité.
L’alternance entre les deux personnages crée une tension au fil des pages, il faut en savoir plus sur le Jeu d’un coté et sur Rebecca de l’autre. Quel lien unit Rebecca et Henrik ?
Anders De La Motte nous offre une intrigue haletante où les informations sont distillés au compte goutte et où on est avide d’en savoir plus.
Le roman est basé sur la psychologie des personnages, leur façon de réagir au Jeu. Celui-ci se sert des envies de reconnaissance de personnes paumés en quête d’admiration. Il n’a pas trouvé meilleur joueur que Henrik. Il sort de prison, enchaîne les petits boulots ingrats. Il se sent moins que rien et le Jeu lui donne une raison d’exister, il le pousse dans ces retranchements jusqu’où sommes nous prêts à aller pour satisfaire nos ambitions. De plus il l’isole petit à petit, règle numéro un, ne pas parler du Jeu.
Rebecca, quant à elle, est tout aussi paumée que Henrik. Elle se sauve dans son travail, se voile la face devant son passé. Elle reste très professionnelle avec la tête sur les épaules.
Entre eux, il y a Mag, ami d’enfance d’Henrik, il est aussi une sorte de conscience pour lui. Il le guide dans les moments difficiles. Il apparaît comme un personnage secondaire au début, mais on se rend vite compte qu’il a plus d’importance que ça.
L’auteur mise beaucoup sur ses personnages et le style qu’il y apporte leur donne une toute autre dimension.
Anders de la Motte joue avec le feu avec ses personnages, il nous embrouille l’esprit de non-dit en découvertes. Ce roman a deux voix, alternance entre en Henrik et Rebecca, est mené d’une main de maître.
Il arrive à nous faire douter de la réalité en semant des morceaux d’informations, comme un puzzle où il faut retrouver les pièces.
Il me tarde de connaître la suite du Jeu. Que nous réserve l’auteur ? La fin du niveau 1 est une « bonne » fin, les problèmes ont été résolus… en apparence mais alors que va-t-il se passer au niveau 2.
Si vous voulez le savoir n’hésitez pas à rentrer dans la partie, le Jeu rend addict.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le Jeu, Niveau 1 : Oserez-vous entrer ? – Anders De La Motte »

  1. Rhoo moi qui ne suis pas fan des thrillers, ou du moins je tombe rarement sur des excellents thrillers, celui-ci me donne directement envie ! Ca a l'air très prenant, je rajoute à ma wish. La fin est une bonne chute ? C'est ce que je préfère… Je te conseille le film The Game avec Douglas qui y ressemble un peu 🙂

    J'aime

  2. Mais comment tu fais pour ne pas trouver de bon thriller xD J'en lis peu pourtant j'adore ça et je tombe souvent sur des bons.

    Je crois que Louve l'a cité dans sa chronique. J'essaierai de le trouver 🙂

    J'aime

  3. Je dois être difficile car les avis des autres sont toujours élogieux sur les thrillers qui me déplaisent… Dernièrement déçue par Alex de Pierre Lemaître, Vertige de franck thilliez, Un employé modèle de Paul Cleave, Ann Rule, Patricia Cornwell, etc.
    Mais j'ai beaucoup aimé Thérapie de Fitzek et je compte découvrir ses autres romans, mais n'hésite pas à me donner tes coups de coeur pour me réconciliier avec le genre 🙂

    J'aime

  4. Comme pour Charabistouilles, un peu déçue par Alex. En revanche, j'ai adorée Vertiges, même si je préfère, et de loin, ses enquêtes avec Franck Sharko et Lucie Hennebelle :).
    Pour les thrillers, connais-tu, entre autre, Maxime Chattam, Jean-Christophe Grangé ? Je les apprécie beaucoup 🙂

    J'aime

  5. C'est vrai que j'aime beaucoup Chattam et j'ai tous ses « meilleurs » à lire dans ma PAL 🙂 Par contre Grangé j'ai détesté Le concile de pierre, mais je comtpe réessayer un jour avec Le passager et Miserere.
    Et heureuse de me sentir moins seule pour Alex ! Pour Vertige, tu avais compris la fin (avec la photo) ? pcq moi pas et ça a un peu tout gâché…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s