Feedbooks

Alice au pays des merveilles et De l’autre coté du miroir – Lewis Carroll


Titre VO : Alice in wonderland
Through the Looking-Glass, and What Alice Found There
Éditions : Feedbooks
Genre : Classique, jeunesse
Libre de droits

Quatrième de couverture

« Quand le Lapin sortit une montre de son gousset, la regarda et reprit sa course, Alice se leva d’un bond car, en un éclair, elle réalisa qu’elle n’avait jamais vu un lapin avec un gousset et une montre à en sortir. Dévorée de curiosité, elle le suivit à travers champs, et eut juste le temps de le voir s’engouffrer dans un vaste terrier sous la haie. » Pourquoi Alice s’étonnerait-elle alors de rencontrer chemin faisant une Reine de Cœur, un Griffon, un Chapelier, un Lièvre de Mars ou de prendre le thé chez les fous ? C’est au pays des merveilles que l’a entraînée le lapin blanc, un pays où elle ne cesse de changer de taille, et où tout peut arriver. Un pays que Lewis Carroll met en scène avec une rigueur impeccable dans la loufoquerie. Loin de la mièvrerie du conte enfantin, cette nouvelle traduction restitue au texte anglais toute sa verdeur mathématique.
Et si Alice entrait dans la maison du Miroir, cette fois-ci ? A peine en a-t-elle l’idée que la glace se brouille et que la jeune fille plonge dedans. Une nouvelle galerie de personnages inattendus défile alors, comme de lointains cousins du pays des merveilles : Reine Rouge et Reine Blanche, Gros Coco, Blanc Bonnet et Bonnet Blanc…

Avis

Je peux mourir en paix après avoir découvert les deux romans de Lewis Caroll, terriblement connu.
Comment vous résumé ces deux romans ? Alice est une petite fille pleine d’imagination, ennuyée par les leçons de sa sœur, elle décide de suivre un lapin blanc qui est en retard. Dans De l’autre coté du miroir, Alice joue avec les chatons de sa chatte Dinah, elle décide de leur montrer la maison à travers le miroir, jusqu’à ce que pousser par la curiosité elle décide d’y aller.
J’ai choisi de parler de ces deux romans dans une chronique car ils se suivent et se ressemblent sensiblement.
Il n’y a aucune cohérence… ça m’a laissée pantoise, moi qui suis très logique. Certes nous avons un point de départ et une arrivée, mais le chemin est plutôt tortueux entre les deux et les rencontres diverses et variées.
Deux romans jeunesses pourtant très matures et ludiques. On ne comprend rien, mais qu’est ce qu’on rigole à ces situations complètement loufoques. On oscille entre une narration « basique », des dialogues décousus où les personnages finissent par se perdre. Les jeux de mots ainsi que les parodies de chansons mettent un peu plus de piment à tout ce schmilblick.
Abandonnez vos certitudes, Lewis Caroll met un grand coup de pied dedans, secoue tout ça et lance les dés. A vous de jouer après.
Alice est une petite fille une peu feignante et capricieuse. Elle a une façon de penser bien particulièrement comme lorsqu’au début d’Alice au pays des merveilles, elle a bonne idée de se dire que boire du poison pourrait être embêtant. En plus, il y a de quoi se poser des questions sur sa santé mentale… elle se parle à elle-même, rien de grave me direz-vous, mais quand on finit par se gronder soi-même, il faut s’inquiéter.
Par contre je trouve que pour son âge, sept ans, si je ne me trompe pas, elle a une bonne répartie. Elle essaie de se dépatouiller dans toutes les paroles des personnages qu’elle rencontre qui parfois ne sont pas très claires.
Lewis Caroll est un magicien. Il crée un univers de rêve où tout peut exister, où la logique n’existe plus. Le temps y est abstrait, on recule, on avance, on s’arrête. Tout est possible.
Magicien des mots aussi, on se rend compte grâce aux notes (merci) que dans la version originale, l’auteur joue beaucoup avec, ils font la force du roman ainsi que les poèmes et chansons souvent parodiés.
Malgré une préférence pour Alice au pays des merveilles, j’ai été conquise, j’ai erré au bras d’Alice dans ce monde complètement barré. Vous ressortez avec l’esprit complètement chamboulée mais satisfait.
Publicités

4 réflexions au sujet de « Alice au pays des merveilles et De l’autre coté du miroir – Lewis Carroll »

  1. C'est en regardant le film avec Johnny Depp que je me suis rendu compte qu'il y avait deux livres donc deux histoires ! Le dessin animé ne m'a jamais vraiment donné envie de découvrir l'univers de Carroll mais le film bien ! Les passages embrouillés qui ne veulent rien dire me font un peu peur mais tu as l'air de dire qu'on passe un bon moment et que c'est même marrant, alors pourquoi pas 🙂 Surtout que j'adore les petites inventions suréalistes comme les chevaux à bascule volants 😛

    J'aime

  2. Ah Alice, j'avoue ne pas avoir été complètement conquis par ces livres qui, certes, ne sont pas mauvais mais partent vraiment dans tous les sens sans grande cohérence. Par contre l'auteur a une sacrée imagination.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s