Nathan

Nos étoiles contraires – John Green

Titre VO : The Fault in our Stars
Éditions : Nathan
Genre :
Drame
Pages :
323
Date de sortie : le 21 février 2013

Quatrième de couverture

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.
Avis

Tout d’abord, je tiens à remercie les éditions Nathan pour ce partenariat.
Ensuite, je crois que ce livre et moi étions faits pour nous rencontrer. Est-ce qu’il m’a touchée ? Oui. Est-ce que j’ai pleuré ? Oui. Est-ce que c’est un coup de cœur ? Je ne sais pas.
J’ai tous les symptômes du coup cœur, mais le sujet, lui, m’a brisé le cœur.
Hazel dit d’elle-même :

J’ai l’impression d’être une grenade, maman. Je suis une grenade dégoupillée et, à un moment donné, je vais exploser. Alors j’aimerais autant limiter le nombre de victimes.

C’est ce qu’est la maladie, une bombe prête à exploser, et moi je suis celle qui s’est pris les débris il y a quelques années…

Hazel a 16 ans et elle est atteinte d’un cancer, ses poumons sont foutus, elle ne vit que par ses bouteilles d’oxygène. Sa mère veut absolument qu’elle assiste aux séances de soutien. Bien ou pas, c’est là-bas qu’Hazel va rencontrer Augustus. Un adolescent aux beaux yeux bleus et à l’humour décapant.  
Ne me lancez pas sur le sujet de mon corps parfait. Il faut éviter de me voir nu. Hazel Grace m’a vu nu et ça lui a coupé le souffle, a-t-il dit avec un petit signe de tête en direction de ma bombonne d’oxygène.

Dès les premières pages, le ton est donné, j’aime ça. Pas besoin de passer par quatre chemins pour parler du cancer, votre propre corps qui se retourne contre vous, et Hazel l’a bien compris. Elle passe son temps à lire, à dévorer le même livre, Une impériale affliction. C’est d’ailleurs ce qui va les rapprocher, elle et Augustus.

Il arrive qu’à la lecture de certains livres on soit pris d’un prosélytisme étrange, tout à coup persuadé que le monde ne pourra tourner rond que lorsque tous les êtres humains jusqu’au dernier auront lu le livre en question.

Entre la maladie, l’amour, l’humour et la littérature, John Green nous entraîne dans les méandres d’une autre réalité. Vivre avec quelqu’un qui est malade, c’est évoluer dans une autre sphère temporelle. La vie ne s’écoule pas de la même façon, chaque minute compte et les jours s’égrènent comme s’ils étaient les derniers.
La fleur bleue que je suis vous dira qu’elle a craqué pour ce couple « improbable », car ils sont tellement beaux dans leur jeunesse et leur douleur. Ils comprennent ce qui est précieux, ils savent que rien n’est acquis.
Je suis tombée amoureuse pendant qu’il lisait, comme on s’endort : d’abord doucement puis tout d’un coup.
Je ne t’en voudrais pas, Hazel Grace. Ce serait un privilège d’avoir le cœur brisé par toi.
J’avoue naïvement que John Green m’a eue, je ne m’attendais pas au retournement de situation qu’on découvre dans le dernier quart du livre. Je me doutais que la fin n’allait pas avoir le goût d’un happy end, mais je me suis quand même pris une claque.
Malgré le malheur et la tristesse, l’auteur finit sur une touche que j’appellerais « espoir ».

Dans ce monde, mec, ce n’est pas nous qui choisissons si on nous fait du mal ou non, en revanche on peut choisir qui nous fait du mal. J’aime mes choix. J’espère qu’elle aime les siens.

Je les aime, Augustus.

D’une certaine façon je me suis retrouvée dans Hazel par rapport au point de vue qu’elle a de sa maladie. Elle est « froide » et distante, au fond on sait qu’elle en souffre, mais elle reste forte, tout ce qu’elle veut c’est ne pas nuire aux autres.

N’est-pas pas justement l’héroïsme ? Comme le dit le serment d’Hippocrate : « Avant tout, ne pas nuire.

On ne peut que fondre pour Augustus, ses yeux bleus, son charisme. La joie de vivre transpire par tous les pores de sa peau. Je crois qu’il nous fait comprendre combien la vie est belle, combien c’est magique de rire et qu’il faut profiter de tous ces moments comme s’ils étaient les derniers. Hazel, en tout cas, a appris cette leçon, elle vit plus sereinement et attend la mort en paix.
La relation qu’ils ont avec leurs parents m’a également bouleversée et je pense que cette citation parlent d’elle-même.

La seule chose qui craint plus que crever d’un cancer à seize ans, c’est d’avoir un gosse qui crève d’un cancer.

Isaac ferme le trio, c’est grâce à lui que nos deux amoureux se sont rencontrés, avec Hazel, ils avaient leur propre mode de communication :

Isaac et moi communiquions par soupirs interposés.

D’une certaine façon j’ai été étonnée de la façon dont ces trois adolescents gèrent leur maladie, ils essaient tant bien que mal d’en rire, même si parfois la réalité leur revient de plein de fouet.

C’est la première fois que je lis cet auteur. Alors bien sûr, il y a la traduction, mais la force est quand même là. John Green vous balance la réalité à la tronche et vous avez du mal à avaler votre salive. Il a mis des mots sur cette réalité : oui c’est difficile, oui il y a des gens qui guérissent, mais à un moment, ils ont tous dû ressentir ça…
– C’est quoi ça ?
– Le panier à linge ?
– Non, à côté.
– Je ne vois rien à côté.

– C’est ma dernière parcelle de dignité. Elle est toute petite.

J’ai refermé Nos étoiles contraires il y a quelques semaines. Ce soir là, je voulais déjà écrire ma chronique, et je voulais surtout le relire au cas où tout cela n’aurait été qu’une mauvaise blague de la part de l’auteur. L’histoire aurait peut être changé entre temps. J’ai gardé cette boule dans la gorge pendant plusieurs jours en repensant à ce roman, encore maintenant quand je me repasse toutes ces pages que j’ai tournées. Je ne peux m’empêcher d’avoir le cœur serré en pensant à cette triste mais magnifique histoire. Je finirai sur une citation :

Sans douleur, comment connaître la joie ? 

Je partage aussi avec vous, trois chroniques que j’ai apprécié : Palace of books, Les lectures de Cécile
et Il était une fois.
Bonne lecture!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s