Classique·Le Livre de poche

Les Hauts de Hurle-Vent – Emily Brontë

Titre VO : Wuthering Heights
Edition : Le Livre de Poche
Genre : Classique
Pages : 396
Prix : 5.60€

Quatrième de couverture

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, il prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et frustre. Ce roman anglais, le plus célèbre du XIXe siècle à nos jours, a été écrit par une jeune fille qui vivait avec ses sœurs au milieu des landes de bruyère. Elle ne connut jamais cette passion violente ni cette haine destructrice. Elle imagina tout, même le fantôme de la femme aimée revenant tourmenter l’orgueilleux qui l’a tuée.

Avis

Les Hauts de Hurle-Vent a tout simplement été un coup de coeur. Je n’ai fait qu’aimer un peu plus ce roman au fil des pages.

D’abord un peu surprise par le début, et ce premier narrateur Mr Lockwood. Je me suis vite engagée dans l’histoire et j’ai suivi avec avidité la vie tumultueuse de nos personnages.

Mr Lockwood est un jeune homme qui a quitté la ville pour profiter de la campagne à Thrushcross Grange, propriété de Mr Heathcliff. Lors des différentes rencontres avec ce dernier, Mr Lockwood est intrigué par ce personnage et par l’histoire qui l’entoure. Il passera une nuit à Hurle-Vent, dans une chambre « hantée », de là commence tout un questionnement. La seule personne a pouvoir lui répondre est Ellen, « Nelly » Deans, domestique à Thrushcross Grange.
Celle-ci nous emmène dans les tréfonds de l’histoire des Earnshaw et des Linton, où se place en maitre ce cher Heathcliff.

C’est compliqué de parler de l’histoire sans trop en dévoiler. Heathcliff est une jeune orphelin, adopté par le vieux Earnshaw lors d’un voyage, il a les cheveux noirs, les yeux noirs et la peau matte. L’entourage du vieux Earnshaw sera tantôt sceptique, tantôt intrigué par ce petit garçon, qui sera bien vite dénigré par certains.

Le vieux Earnshaw a deux enfants, Hindley qui vouera une haine féroce au jeune garçon et Catherine, un amour mortelle.
En ouvrant ce roman, je pensais suivre l’histoire entre Heathcliff et Catherine, cette passion dévorante et cette haine qui les unit. En fait c’est un récit sur plusieurs générations que j’ai découvert, ce que j’ai apprécié d’autant plus.

Dés la première page, on nous expose un arbre généalogique, qui a ses points positifs comme négatifs. Pas mal de personne on trouvé dommage qu’on découvre sans surprise qui est marié avec qui. Pour ma part ca ne m’a pas dérangé, car ce qui m’intriguait surtout, c’était de suivre l’évolution des personnages et leur âge.

Au cours du roman on se rend vite compte qu’Emily Brontë ne nous raconte pas la simple histoire de Heathcillf et Catherine, mais de deux familles qui s’aiment et se déchirent au fil des années. Le roman est très noir, il n’est question que de vengeance et de haine. Il y a peu de place pour l’amour, même celui que se porte Heathcliff et Catherine est entaché de noirceur. Elle nous dépeint des personnages aux caractères différents, tantôt attachant, tantôt antipathique. Ce sont tous des personnages riches, de part leur sentiments, et leurs vies.

Nelly Deans est le personnage « guide » de l’histoire, c’est à travers elle qui nous connaissons l’histoire. C’est la domestique de Catherine et elle la suivra partout. C’est une femme attachante, courageuse. Elle est aussi intelligente, elle essaie d’aider ses maîtres tant bien que mal, et reste toujours maître d’elle même.

Je vais rester dans les personnages principaux pour éviter de divulguer trop d’informations. Chacun a sa façon m’a touché ou m’a déplu, malgré tout on ne peut s’empêcher d’avoir une certaine compassion pour eux, de voir comment la vengeance d’un seul homme peut en gouverner plusieurs. Un par un ils ont mis Heathcliff a l’écart, et chacun en a payé le prix. Malheureusement, quand les parents sont partis, ce sont les enfants qui sont entraînés dans cette vengeance.

Catherine Earnshaw est une jeune femme, un peu trop capricieuse à mon goût. Sincèrement, je n’ai pas réussi à l’apprécier. Avec Heathcliff, ils joueront au jeu du chat et de la souris, je ne sais pas qui en souffrira le plus. Elle joue sur deux tableaux, ce qui finira par la perdre.

Les seules parties du roman, où j’ai pu avoir un peu de compassion pour Heathcliff, connaitre son passé d’orphelin, voir qu’il a eu une vie difficile qui l’a mené à une haine vengeresse jusqu’à la fin. Il m’apparaissait touchant lorsqu’il parlait de Catherine de l’amour qu’il lui portait. Sinon, il faut bien avouer que ce n’est pas un personnage qu’on apprécie.

En fermant ce livre, j’ai eu un petit pincement au coeur, en quittant ce paysage magnifique,  et ces personnages riches en émotion. L’auteure a su retranscrire tout ce que l’homme pouvait faire de pire et de meilleur. Toutes ces émotions qui peuvent nous traverser au cours d’une vie. Il est impressionnant de voir comment on peut réussir avec les mots à décrire autant de sentiments, de caractères complexes.

C’est un roman que j’ai eu plaisir à découvrir, c’est bien dommage que ce soit le seul qu’elle est pu écrire.
Ma grande raison de vivre c’est lui. Si tout le reste périssait et que lui demeurât, je continuerais d’exister ; mais si tout le reste demeurait et que lui fût anéanti, l’univers me deviendrait complètement étranger, je n’aurais plus l’air d’en faire partie. Mon amour pour Linton est comme le feuillage dans les bois : le temps le transformera, je le sais bien, comme l’hiver transforme les arbres. Mon amour pour Heathcliff ressemble aux rochers immuables qui sont en dessous : source de peu de joie apparente, mais nécessaire. Nelly, je suis Heathcliff ! Il est toujours, toujours dans mon esprit ; non comme un plaisir pour moi-même, mais comme mon propre être.

Commander sur Amazon : Les Hauts de Hurle-Vent
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s